Plantes en danger

La présence de la bactérie Xylella fastidiosa a été détectée pour la première fois en France, en octobre 2015, dans la région Provence-Alpes Côte d’Azur. Xylella fastidiosa peut contaminer un grand nombre d’espèces végétales et aucun traitement n’existe pour empêcher le dépérissement des végétaux. Son introduction et sa dissémination sont interdites sur le territoire européen. L’enjeu est d’empêcher la propagation de Xylella par les vacanciers qui rapportent de leur séjour des végétaux provenant de zones contaminées.

La réussite de la prévention et de la lutte contre Xylella fastidiosa passe par la connaissance des risques liés à la bactérie et des mesures à respecter. Sont concernés : les professionnels du végétal, les collectivités locales, les jardiniers amateurs, les voyageurs et toute personne qui achète des végétaux.

Message de prévention

Cantines scolaires

De la viande, des légumes, des féculents, des fruits… Il y a de tout dans les assiettes des enfants de Bois-Bissonnet (Réf. article du P’tit journal de kervé n°54)

Chaque midi, ce sont des milliers de repas servis dans les écoles, les Ehpad et les centres de loisirs. La cuisine centrale, basée à Kerlétu prépare et fournit tous ces repas élaborés par une diététicienne.Chaque semaine, un menu est disponible dans les écoles et visible sur le site de Lorient (Lorient.bzh), permettant aux enfants d’éveiller leur appétit.

A Bois-Bissonnet, les enfants aiment manger à la cantine. Environ 150 enfants viennent partager un moment convivial, tous les midis, autour d’un bon repas de qualité. Une fois par semaine, la cuisine centrale propose un repas bio, un repas végétarien et elle s’engage à mettre au menu de la viande française issue de la filière Bleu Blanc Coeur (agriculture respectueuse des animaux et de la terre), du poisson frais du port de pêche de Kéroman, des aliments en circuit court pour sauver la planète.

Tout cela contribue à des repas sains et équilibrés. De plus, nous avons le plaisir de découvrir des repas nouveaux et inédits comme des hamburgers, ketchup, chili sans viande, de la chantilly pour agrémenter certains desserts. Des desserts appétissants avec des fruits de saison, des brownies, des yaourts locaux ou encore des muffins mais aussi des repas à thèmes : repas américain, repas anglais… De nouvelles dégustations qui éveillent et réveillent les jeunes papilles de vos enfants. Manger à la cantine, maintenant c’est bien manger et manger mieux !

Extinction partielle de l’éclairage public

Le conseil municipal, en séance du 01 juillet 2021, a délibéré sur la mise oeuvre une extinction partielle de l’éclairage public sur la ville, dans le cadre du SDAL (schéma d’aménagement lumière)

L’éclairage public de la ville de Lorient représente aujourd’hui plus de 9000 points lumineux pour une consommation électrique qui représente 23 % des dépenses énergétiques de la ville (630 000 € en 2019). Dans le cadre de son schéma directeur lumière, les mesures prises ces dernières années ont permis d’abaisser les consommations notamment par le remplacement des sources lumineuses par des lampes à Leds, la suppression de l’éclairage de la desserte portuaire ou l’abaissement de l’intensité lumineuse.

Dans l’objectif de poursuivre la réduction des consommations et de renforcer les mesures en faveur de l’environnement et de la biodiversité, la ville souhaite mettre en œuvre une extinction partielle de l’éclairage nocturne.Le projet consiste à éteindre l’éclairage sur une plage horaire nocturne, il concerne principalement les secteurs résidentiels. Les axes les plus fréquentés, le centre-ville ou le secteur de la gare seraient exclus du périmètre.Le total des points lumineux éteints représenterait 64 % du parc (5800 sur 9000).

Une concertation a été menée avec les services de police et de secours pour l’élaboration et le suivi du projet.Avant de lancer une phase d’expérimentation qu’il est proposé de mener de juillet 2021 à janvier 2022, une consultation a été lancée auprès des Lorientais via une plate-forme ouverte au public du 15 avril au 22 mai. Le questionnaire proposait 3 scénarios :

Une extinction de 23h00 à 6h00 / ou une extinction de 00h00 à 6h00 / ou le maintien de la situation actuelle.

La consultation menée a rassemblé près de 400 avis. Une majorité importante de 82 % s’est prononcée favorablement à une extinction partielle avec une préférence pour l’horaire de 23h00 à 6h00. La majorité des personnes pour l’extinction évoque la prise en compte de la biodiversité ainsi qu’une meilleure qualité de sommeil pour l’humain.A la suggestion proposée dans le questionnaire sur une différenciation entre la semaine et le week-end, un nombre assez conséquent de personne (50) propose de retarder l’extinction le vendredi et samedi avec une majorité exprimée pour un horaire décalé à 1h00 du matin.Les principaux commentaires portent sur la demande de suivi de la sécurité publique.

A la lecture des réponses apportées, il est proposé de retenir l’horaire de 23h00-6h00 sur 5 jours, du dimanche au jeudi et de prévoir une extinction différenciée le vendredi et samedi de 1h00 à 6h00.

Financièrement, le scénario proposé permettrait une économie de 200 000 € par an.Cette phase test serait menée du 7 juillet 2021 au 30 janvier 2022 et suivie d’une évaluation de sécurité.

Pilotage à distance des horloges d’éclairage public

Dans le cadre ce projet, la ville souhaite mener parallèlement une expérimentation concernant le pilotage à distance des horloges d’éclairage public. L’objectif est d’interagir à partir d’un poste de travail afin de moduler les horaires d’allumage ou d’extinction de l’éclairage en cas d’évolution des usages sur l’espace public ou suivant les doléances de riverains représentatifs à l’échelle d’un quartier, pendant ou à l’issue de cette période d’observation.

Deux secteurs d’expérimentation sont proposés pour leurs complémentarités techniques, le quartier de Kervénanec et celui du port de commerce, l’ensemble représente 12 armoires de commande.Ce projet s’inscrit dans une démarche portée par le SDEM (Syndicat d’Energies du Morbihan) qui propose un programme d’accompagnement généralisé à l’ensemble du département en 2022.

Morbihan Energies souhaite engager en 2021, en partenariat avec des communes (Programme Territoire d’Innovation), une démarche d’expérimentation sur plusieurs dispositifs innovants permettant le pilotage et la programmation à distance des armoires de commande de l’éclairage public. Le projet porte sur un montant de 15 000€ HT dont 7 500 € pris en charge par Morbihan Energies. Le syndicat et la commune de Lorient conviennent de tirer le bilan de l’utilisation des équipements à l’issue des 4 premiers mois de fonctionnement après rétrocession des ouvrages. Ils mettent pour ce faire leurs moyens d’ingénierie en commun : Retours réguliers d’information, mise en place de tests…

Mesure du taux de CO2 dans les écoles

La transmission par voie aérienne du virus SARS-CoV-2 fait partie des modes principaux de propagation de la Covid-19 dans les espaces clos. Les microgouttelettes émises par une personne infectée, qui sont chargées en virus, restent longtemps en suspension dans l’air sous forme d’aérosols. Une bonne aération permet d’éliminer ces aérosols en remplaçant l’air vicié par de l’air neuf.

La mesure du taux de CO2 (gaz carbonique) émis par la respiration des personnes dans une pièce permet de déterminer si l’aération est suffisante et s’il faut ouvrir la fenêtre.

Le service Environnement de La Ville de Lorient, aidé par 2 étudiants en BTS Systèmes Numériques, fait une campagne de tests d’appareils de mesure :

• Pour appréhender les niveaux de concentrations dans les établissements scolaires,

• Pour comparer différents modèles d’appareils

Les appareils mesurent la concentration de CO2 en continu. L’allumage prolongé d’une lumière rouge sur un appareil, et l’émission d’une sonnerie (buzzer) indiquent que la ventilation doit être augmentée :

• en ouvrant une fenêtre

• ou en créant un courant d’air jusqu’au changement de couleur de la lumière, et l’arrêt du buzzer.

Exif_JPEG_420

Déambulation urbaine et biodiversités

Déambulation urbaine et biodiversités – Rendez-vous le 3 juillet 2021 avec le CDPL – Deux « déambulations de 2h (13h45 et 16h)

Friches urbaines, voies de transports, ruines, interstices de trottoirs, ces aires urbaines délaissées, auxquelles on accole bien souvent l’étiquette de « terrains vagues » se transforment rapidement en un Heu d’expression libre de la nature.

Ces refuges à biodiversité commune deviennent des espaces exubérants, riches en espèces animales et végétales sont, en réalité, le reflet de notre histoire. Cette animation prendra la forme d’une déambulation. Ensemble, nous observerons cette faune et cette flore communes et pourtant méconnues.

La structure Nature et Sac à Dos vous accompagnera dans ce safari urbain et vous transmettra ainsi sa passion tout en vous sensibilisant et en vulgarisant les aspects très scientifiques. Une sortie pour naturalistes en herbe à la recherche de connaissances sur notre biodiversité urbaine en plein coeur de notre ville.