Plan d’action Cit’ergie

Plan d’action Cit’ergie 

Lors du conseil municipal du 12 décembre 2019, le plan d’action cit’ergie 2020-2024 a été adopté à l’unanimité. La ville a également engagé la démarche de sollicitation du label « EEA Gold », plus haute distinction du label accessible aux collectivités justifiant plus de 75% des points.

Voici la délibération actant de ce plan:

Délibération Cit’ergie actant la politique climat-air-énergie de la collectivité

 1. Objet

– Approbation de la stratégie climat-air-énergie 2020-2024 de la ville de Lorient

– Demande de labellisation Cit’ergie God

 2. Contexte et vision stratégique 

La ville de Lorient mène depuis de nombreuses années des politiques ambitieuses et innovantes dans les domaines de la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique. 

La ville de Lorient agit d’une part dans le cadre de ses compétences propres et son patrimoine : le plan climat territorial municipal, qui couvre les années 2013 à 2020, basé sur des objectifs plus ambitieux que la loi : les « 3×30% ».

Elle agit d’autre part, à l’échelle de son territoire, dans le cadre du PCAET établi par Lorient Agglomération qui couvre les années 2019 à 2025.

Les enjeux principaux de ces documents portent sur :

    La diminution des consommations d’énergie

    L’augmentation significative de la production d’énergie renouvelable, aujourd’hui encore faible au regard des consommations énergétiques du territoire

  Cela dans l’objectif de faire diminuer les émissions de gaz à effet de serre produites sur le territoire. 

    L’adaptation au changement climatique au regard des vulnérabilités du territoire : inondations, gestion de la ressource en eau, évolution des températures.  

 

La ville de Lorient met en œuvre ses politiques dans un esprit d’innovation, de prise de risque et de structuration d’outils permettant l’atteinte des objectifs. On peut notamment citer : 

    le développement en régie d’une filière bois énergie – bois d’œuvre en régie, étendue aux agglomérations de Lorient et Quimperlé avec la création d’une Société Publique Locale « Bois Energie Renouvelable ». 

    la mise en œuvre d’une politique de développement de l’énergie solaire impliquant les citoyens par la réalisation de nombreuses centrales en autoconsommations, certaines financée par une société citoyenne

    le développement des déplacements actifs avec le passage anticipé de la majorité de la voirie de la ville en zone 30, la structuration d’axes cyclables et la mise en place d’une boutique vélo notamment

    l’élévation du niveau d’exigence en matière de construction neuve avec l’expérimentation d’outils permettant dans le cadre du PLU d’imposer un recours aux énergies renouvelables.

    L’intégration des citoyens dans la réflexion sur les enjeux climatiques et les actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec l’implication citoyenne dans la politique de développement des énergies renouvelables et la formation des citoyens en devenir dans les écoles et le centre de formation des apprentis.

    La coopération avec les territoires avoisinants mais également avec les collectivités les plus avancées en Europe par l’adhésion aux réseaux et initiatives à l’échelle continentale (Energy Cities, Climate Alliance, Convention des Maires) et aussi par l’intégration voire la création de nombreux projets européens dans les domaines du suivi des consommations (Empower, Compete4Secap,) et le développement des énergies renouvelables (Sun People et POTEnT). 

La politique de la ville, initiée de longue date, cohérente, transversale et ambitieuse, peut prétendre au plus haut niveau de certification du label Cit’ergie. 

Dans cette perspective, la collectivité, qui a encore renforcé sa politique climat-air-énergie dans le cadre de ce processus de labellisation, demande la labellisation eea Gold.

 

3. Les objectifs de la politique climat-air-énergie de la ville de Lorient

La Ville de Lorient se fixe ainsi les objectifs ci-après : 

  • Objectifs sur l’ensemble du territoire de la collectivité :

Objectifs du Plan Climat de Lorient Agglomération

o    Emissions de gaz à effet de serre

Objectif 2030: -27% d’émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2015

    Objectif 2050: -68% d’émission de gaz à effet de serre par rapport à 2008 (-71% par habitant)

o    Consommations d’énergie

    Objectif 2030: -16% par rapport à 2015

    Objectif 2050: -38% par rapport à 2008 (-50% par habitant)

o    Qualité de l’air (entre 2008 et 2024):

    SO2: -55%

    NOx: -50%

    NH3: -4%

    PM 2.5: -27%

    COVNM: -43%

 o    Déplacements et Modes actifs

    Porter la part modale du vélo à 30% en 2050

 

  • Objectifs du patrimoine de la collectivité : 

o    Diminution des émissions de gaz à effet de serre

    Objectif Plan Climat : -30% en 2020 par rapport à 1990

    Objectif Cit’ergie (impact du programme d’actions) : -50% en 2025 par rapport à 1990

o    Utilisation des énergies renouvelables

    Objectif initial du Plan Climat : 30% d’énergies renouvelables dans la consommation des bâtiments en 2020.

    Objectif Plan Climat mis à jour dans le cadre du rapport annuel développement durable : 50% d’énergies renouvelables dans la consommation des bâtiments en 2020

    Objectif Cit’ergie (impact du programme d’actions) : 50% de consommation d’énergies renouvelables produites localement (bois, solaire thermique, solaire photovoltaïque) dans la consommation des bâtiments en 2025. 

o    Diminution des consommations d’énergie

    Objectif du plan climat : -30% de consommation d’énergie en 2020 par rapport à 2010

    Objectif Cit’ergie (impact du programme d’actions): la ville de Lorient s’inscrit pour son patrimoine dans le décret tertiaire du du 23 juillet 2019, avec une généralisation à l’ensemble de son patrimoine bâti.  Ce décret vise une réduction des consommations d’énergie finale d’au moins 40 % dès 2030 puis de 50 % en 2040 et 60 % en 2050 par rapport à 2010.

 

  • Objectifs en matière d’adaptation au changement climatique :

L’adaptation au changement climatique vise à réduire les vulnérabilités du territoire et anticiper les aléas. Lorient se positionne en complémentarité et en cohérence avec Lorient Agglomération, en territoire durable et résilient. 

L’observation et la connaissance sont des préalables. La démarche est flexible, elle laisse place à l’innovation. 

Trois priorités : préserver la ressource en eau, respecter la continuité entre les milieux écologiques, prévenir les risques naturels. 

Les outils de planification et de réglementation jouent un rôle clé pour encadrer les projets d’aménagement et d’urbanisation notamment.

La ville de Lorient, sur son propre patrimoine, poursuivra en outre les actions déjà engagées dans le cadre de son plan climat communal, avec une attention toute particulière à la santé des personnes les plus fragiles en adaptant son patrimoine aux risques de canicule notamment.

 

4. Demande de label Cit’ergie : état des lieux et plan d’actions

Cit’ergie, déclinaison française du label européen european energy award (eea), est porté par l’ADEME. C’est un outil opérationnel structurant qui facilite la réalisation d’un Plan Climat Air Énergie Territorial, d’un Agenda 21, le respect des engagements de la Convention des Maires et la mise en œuvre d’une politique climat-air-énergie performante. 

Cit’ergie constitue à la fois un outil opérationnel d’amélioration continue et un moyen de reconnaissance de la qualité de la politique et climatique de la collectivité. La politique climat-air-énergie de la collectivité est formalisée dans un référentiel normalisé au niveau européen. 

Le label est attribué en fonction du niveau de performance de la collectivité. Celle-ci résulte des moyens que se donne la collectivité pour atteindre des objectifs énergie-climat : stratégie délibérée, pilotage technique et politique, moyens financiers alloués aux différents domaines, résultats obtenus, etc.

La collectivité est évaluée sur la base de ses compétences propres dans 6 domaines impactant les consommations d’énergie, les émissions de CO2 associées et la qualité de l’air : 

  • la planification territoriale, 
  • le patrimoine de la collectivité,
  • l’approvisionnement énergie, eau et assainissement, 
  • la mobilité, 
  • l’organisation interne, 
  • la coopération et la communication.

Lors des ateliers de travail, les services municipaux et les élus, aidés par leur conseiller Cit’ergie, ont réalisé le recensement des actions à l’initiative de la collectivité, engagées ou à venir, sur les thématiques climat-air-énergie. 

Le plan d’actions opérationnel pour les 4 prochaines années, annexé à la présente délibération, constitue l’aboutissement de cette phase d’état des lieux. Il décrit le plan stratégique mis en place pour atteindre les objectifs fixés à moyen terme et présentés ci-dessus. 

Il a été préparé par l’équipe projet Cit’ergie et a été validé le 18/11/2019 par le Bureau Municipal. Il définit les priorités pour les années à venir. 

Il comprend notamment les éléments budgétaires, humains, le calendrier de mise en œuvre associé et les indicateurs retenus pour le suivi. Les mesures sont ainsi coordonnées, planifiées au niveau d’horizons temporels différents (long terme, moyen terme et court terme). Elles impliquent le-la maire ou président-e, le conseil municipal ou communautaire, l’administration ainsi que l’intercommunalité, ainsi que des représentants de la société civile, des professionnels.

Au niveau des services, la conduite opérationnelle du processus Cit’ergie sera réalisée par le Service Environnement – Transition Energétique.

Les moyens mis en œuvre par la collectivité pour réaliser son plan d’actions seront suivis annuellement dans le cadre de Cit’ergie, ainsi que les résultats obtenus en matière d’émission de GES, de polluants atmosphériques et de baisse de la consommation énergétique, lorsque cela est possible. 

Ainsi, la collectivité s’engage à suivre annuellement les indicateurs suivants, vérifiés par exemple à l’occasion de la visite annuelle du conseiller Cit’ergie : 

  • Émissions de CO2 de la collectivité
  • Consommation d’énergie du patrimoine municipal: bâtiments et éclairage public hors carburants
  • Consommations de carburant de la flotte municipale
  • Pourcentage total d’utilisation d’énergie d’origine renouvelable par la Ville de Lorient pour ses bâtiments : chaleur biomasse, achat d’électricité garantie d’énergie renouvelable.
  • Consommation d’énergie renouvelable pour les besoins de chaleur 
  • Production totale d’électricité photovoltaïque
  • Part de l’électricité renouvelable dans les achats d’électricité (bâtiment + éclairage public)
  • Achats de produits de filières qualité pour la restauration scolaire
  • Consommation d’eau des bâtiments de la ville
  • Quantité d’arbres plantés par la ville de Lorient et stockage carbone associé.
  • Quantité de chaleur renouvelable consommée sur le territoire de la ville de Lorient (hors électricité)
  • Suivi des comptages modes actifs

5. Conclusion 

Le travail mené en collaboration avec l’ensemble des services de la ville permet de proposer au conseil municipal un plan d’action climat-air-énergie de la collectivité couvrant les différents champs de compétence de la collectivité. 

Ce plan permet à la collectivité de s’engager dans les objectifs sus-cités et de demander le label eea Gold auprès de la Commission National du Label.

 

6. Délibéré

Le conseil municipal :

1)    Approuve la stratégie climat-air-énergie et les objectifs associés ;

2)    Approuve le plan d’action Cit’ergie joint en annexe ;

3)    Autorise Monsieur le maire ou l’adjoint délégué à demander le label eea Gold et à déposer le dossier au nom de la collectivité auprès de la Commission Nationale du Label. 

 

La centrale solaire photovoltaïque de Kerletu

La centrale a été mise en service fin janvier 2019 et la production est tout à fait conforme aux attentes.

Les caractéristiques de la centrale sont :

  • puissance 95,70 kWc,
  • 330 modules de 290 Wc chacun, V-Sys Pro (fabrication française)
  • surface totale de 550 m² de panneaux solaires,
  • 3 onduleurs Powador de chez Kako (1 par charpente)
  • surface répartie en 3 charpentes et de couloir noire pour une meilleure intégration architecturale,
  • verre Albarino (anti-reflet) étant donné la position dans le couloir de dégagement de la base aéronavale de Lann-Bihoué

Cette centrale est la plus importante du patrimoine municipal.

L’électricité est utilisée en autoconsommation pour le site du funérarium et pour la cuisine centrale. 

 

KERSABIEC : Création d’une chaufferie bois au groupe scolaire et d’un réseau de chaleur desservant l’équipement sportif

KERSABIEC : Création d’une chaufferie bois au groupe scolaire et d’un réseau de chaleur desservant l’équipement sportif

Contexte général

Dans le cadre de son agenda 21, la ville de Lorient poursuit le déploiement de chaudières bois dans ses équipements municipaux, au rythme d’une nouvelle chaufferie par an :

  • Pour la saison de chauffe 2014-2015, l’école du Poulorio a été équipée d’une chaudière granulés
  • La rentrée 2015 a vu la mise en service de la chaudière granulés de la crèche Elsa Triolet,
  • La rentrée 2016 a vu la mise en service de la chaufferie bois déchiqueté de l’école maternelle Kerentrech
  • La rentrée 2017 a vu la mise en service de la chaufferie bois déchiqueté du groupe scolaire Nouvelle Ville

 

En plus de ces équipements récents existent déjà sur le territoire, appartenant à la Ville :

  • La chaufferie au bois déchiqueté des serres de Kerdroual
  • La chaufferie au bois déchiqueté du pôle du Moustoir (hôtel de Ville, CALS, stade, grand théâtre)
  • La chaufferie mixte de Bois Bissonnet (groupe scolaire et salle de spectacle)
  • La chaufferie mixte de la crèche Jeanne Roux
  • La chaufferie au bois granulé de l’ancienne mairie de Keryado
  • La chaufferie au bois granulé de la Maison Chevassu

 

Le projet

Avec le projet de Kersabiec, la Ville dépassera les 40% d’approvisionnement en chaleur de ses bâtiments par énergie issue de la biomasse, ce qui est supérieur à l’objectif du plan climat (30%).

Cette politique volontariste vaut à Lorient un large écho au niveau national (label Cit’ergie, communications dans des médias spécialisés et grand public).

Le bois est une énergie moins chère que les combustibles fossiles, renouvelable et garante d’emplois sur le pays de Lorient (gestion de l’approvisionnement en circuit court), qui nécessite cependant des investissements initiaux plus importants (qui participent eux aussi à la valeur ajoutée en emploi local de cette filière). Des programmes de subvention (plan bois énergie Bretagne, Fonds chaleur ADEME, etc.) permettent aux collectivités de mettre en œuvre ces investissements.

 

Les 2 sites que sont le groupe scolaire et le gymnase & locaux FLK à Kersabiec sont alimentés chacun par une chaufferie gaz.

Celle du groupe scolaire était vieillissante et nécessitait à court terme des travaux de rénovation. Une étude de faisabilité de 2013 a montré la possibilité et la pertinence de réaliser une chaufferie bois déchiqueté avec un silo extérieur, desservant le gymnase & locaux FLK mitoyens.

 

La conception du projet a été confiée à un groupement de maîtrise d’œuvre, dont le mandataire est le bureau d’études thermiques Graine d’Habitat (22).

 

Les principaux éléments techniques du projet sont :

  • Un silo extérieur de 73 m3
  • Deux chaudières bois de 150 kW chacune
  • Conservation des 2 chaudières gaz existantes de 278 kW du groupe scolaire en secours et appoint
  • Un réseau technique reliant la chaufferie du groupe scolaire à la sous-station de l’équipement sportif, venant remplacer l’actuelle chaufferie gaz
  • 1 ballon tampon de 1500 l

Sont aussi précisés aussi les éléments quantitatifs suivants :

  • Consommations de chauffage et ECS de 554 MWh (gain de 32 % sur puissance installée actuelle : possible avec travaux d’amélioration récents menés sur le groupe scolaire et mise en place hydro-accumulation)
  • Facture énergétique de 37,5 k€ TTC/an (divisée par 3 par rapport à la solution gaz)
  • Temps de Retour sur Investissements avec subventions de 10 ans
  • Taux TRI de 10%
  • Cout Global sur 20 ans de 0,79 M€
  • Economies cumulées sur 20 ans de 626 k€
  • Emissions de CO2 de 13 T/an (pour 141 T/an en solution gaz)

 

Planning de réalisation des travaux :

  • Mars 2019 : démarrage des travaux
  • Toussaint 2019 : mise en service

De façon à respecter le démarrage de la saison de chauffe 2019 – 2020.

 

Les intervenants du projet

Maitre d’ouvrage : Ville de Lorient – service environnement 

Assistants maîtrise d’ouvrage : contrôle technique : Apave ; coordination SPS : Projectio

Maitrise d’œuvre : BET Graine d’Habitat (22)

 

Chauffage bois et réseau Missenard Quint (56) 274 030 €
Voirie réseaux divers Atlantique Génie Civil (56) 46 301 €
Gros-œuvre Bat’Isole (29) 68 716 €
Serrurerie Nouvelle Métallerie de Kerpont (56) 37 562 €
  Total marchés travaux TTC 426 609 €

 

Le coût d’opération global est de 511 000 € TTC.

Cette opération financée par la ville a bénéficié de subventions de la part de :

  • La Région Bretagne : 55 452 €
  • Le Conseil Départemental : 55 452 €

Projets EMPOWER-SEN1: Une fédération informatique pour une gestion ouverte des données des consommations d’énergie.

La ville de Lorient a été à l’origine, dans le cadre du projet EMPOWER, de la création d’un collectif local d’informaticiens et d’énergéticiens, « les consometers », animé par ALOEN. Ce collectif travaille à rendre ouvert les protocoles de gestion des données de l’énergie.

Une explication en vidéo du travail produit par les consometers!

Le chantier « SEN1 », consacré notamment à la maîtrise de la demande en énergie, s’inclut dans le projet interrégional SMILE. La Région Bretagne souhaite préparer la mise en place, à l’horizon 2020, d’une solution d’échange de données énergétiques de nouvelle génération, interopérable et utile aux smartgrids, à destination des particuliers et des collectivités.

La Région Bretagne, en tant que maître d’ouvrage du chantier SEN1, a confié la réalisation d’une première étape à ALOEN et Breizh ALEC, dont l’énergie est l’un des sujets d’action. Puis ALOEN s’est entourée de quelques entrepreneurs indépendants et membres du Collectif des Consometers, pour disposer d’une expertise technique à même de remplir les objectifs du projet. Une relation de coopération a été engagée, matérialisée notamment par l’engagement de respect de la charte Prestalibre, afin de respecter au mieux les volontés initiales et d’apporter des solutions techniques pertinentes. Ce travail s’est ainsi organisé en mode « best effort » dans le cadre défini par le Commanditaire. L’objectif était de réaliser le maximum de choses en respectant le cahier des charges, dans le budget dédié, et en fonction des priorités.

Le résultat est le démonstrateur d’une fédération de suivi des consommations d’énergie. 

Les résultats du travail de visualisation sont disponibles ici, pour deux écoles de la ville de Lorient (Kermelo et Kersabiec): 

BEC (panneaux solaires citoyens)/Kersabiec : http://srv4.consometers.org/zabbix/zabbix.php?action=dashboard.view&dashboardid=11
Kermelo : http://srv4.consometers.org/zabbix/zabbix.php?action=dashboard.view&dashboardid=5

Fédération? 

Une fédération informatique consiste en un groupement en un seul réseau de plusieurs logiciels ou applications visant un but commun, communiquant entre eux par grâce à un protocole de communication identique. Cet écosystème d’applications interconnectées, avec certains protocoles ouverts, permet à toute association/individu/entreprise de diffuser et d’utiliser des services.
On peut, pour mieux comprendre, utiliser une métaphore et comparer la fédération avec le domaine de l’habitat. L’intérêt du concept serait de mettre à disposition « un terrain » (la fédération de serveurs) pour que viennent s’y greffer des maisons (applications) : les acteurs publics seraient en charge de maintenir la voirie entre les parcelles (protocole de communication : système permettant à tous les futurs développements de pouvoir communiquer entre eux) ainsi qu’un code de la route (formalisme des données échangées) et enfin une maison-témoin (POC-Proof of concept, prototype).

Il existe déjà des fédérations sur Internet, l’un des systèmes fédératifs les plus connus et utilisés est le service d’e-mails! Il existe donc déjà des protocoles de communication, le travail réalisé par les Consometers a constitué à définir le protocole le plus adapté. Il est enfin à noter que la fédération ne dispense pas de répondre aux obligations RGPD en matière de gestion des données!

 

 

Newsletter du projet EMPOWER

La newsletter du projet EMPOWER, pour le 5ème semestre de ce projet, vient de sortir!

Un gros travail a été réalisé avec la mise en place des « ateliers d’imports » (Import Wokshops en anglais) chez les différents partenaires. Ces ateliers ont pour but de présenter localement à des élu.e.s et des technicien.ne.s les meilleurs exemples de réalisations sur lesquels les partenaires du projet EMPOWER travaillent depuis 2 ans 1/2 maintenant. L’expertise lorientaise a été appréciée puisque Lorient a envoyé des représentants en Irlande, en Allemagne et au Portugal.

Bonne lecture! traduction EMPOWER Newsletter 6

Le bilan du projet EMPOWER pour Lorient pour le semestre janvier-juin 2019 est très bon. En janvier, la ville et ALOEN ont animé une séance de travail (dans le bus pour les assises de l’énergie!) avec une quarantaine d’acteurs bretons de la transition énergétique. L’exercice proposé consistait à demander à l’ensemble de ces acteurs (élu.e.s, technicien.ne.s) de se projeter en 2059 et d’imaginer les applications numériques mises en place pour réussir la transition énergétique. Un jeu de rôle intéressant et qui a prouvé l’imagination des bretons!

L’exercice auquel se sont prêtés les voyaguers pour les assises: Fiches format consigne de l’exercice bus

Les personnages: cartes-a-reaction3  

Le compte rendu: retour du bus

 

ALOEN a présenté SEN1/EMPOWER lors de la BreizhCop le 8 juin. La présentation est disponible ici: cbte consometers Breizhcop