Outils pour utilisateurs

Outils du site


fabrique-prospective-cget

Fabrique prospective CGET

Présentation de la démarche

L’enquête « Villes moyennes et transition écologique » réalisée en mai 2019 par le CGET, en partenariat avec Villes de France et le Commissariat général au développement durable (CGDD), montre que les villes moyennes sont aujourd’hui largement engagées dans la transition écologique. Cet engagement des villes moyennes va bien au-delà du seul volet énergie-climat pour toucher l’ensemble des domaines d’action des collectivités. Notamment, les trois quarts des villes moyennes soutiennent des dynamiques économiques qui suivent des modes de production et de consommation durables : réduction des déchets à la source, promotion des systèmes productifs locaux et de l’écologie industrielle, promotion de l’économie sociale et solidaire, rapprochement entre consommateur et producteur, etc. Les villes moyennes contribuent ainsi à concrétiser le douzième objectif de développement durable établi par les Etats membres des Nations unies en 2015 : « la consommation et la production durables encouragent à utiliser les ressources et l’énergie de manière efficace, à mettre en place des infrastructures durables et à assurer à tous l’accès aux services de base, des emplois verts et décents et une meilleure qualité de la vie. […] Puisque la consommation et la production durables visent à « faire plus et mieux avec moins », les bénéfices en matière de bien-être découlant des activités économiques peuvent augmenter en réduisant l’utilisation des ressources, la dégradation et la pollution. Il faut également mettre l’accent sur le fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement, en impliquant tout le monde, du producteur au consommateur final » .

Face à la mutation qu’appelle le développement des modes de production et de consommation durables, les villes moyennes connaissent des situations diverses . Certaines rencontrent des difficultés économiques, qui reflètent généralement des dynamiques macrorégionales plus larges : affaiblissement industriel dans le nord-est de la France, faiblesse structurelle de l’emploi dans les DROM (liée notamment à leur situation insulaire, leur éloignement de la métropole, leur faible insertion régionale et, dans certains cas, à un retard structurel d’équipement). Ces difficultés se traduisent par des problématiques sociales : chômage, précarité énergétique… D’autres villes moyennes, tout en étant dans une situation plus favorable aujourd’hui, s’inscrivent dans un bassin de vie dont l’économie est fortement spécialisée dans des activités vulnérables à moyen terme au regard des dégradations environnementales (perte de biodiversité par exemple) et des effets du changement climatique : tourisme de sport d’hiver, de plage ou urbain, agriculture intensive en monoculture, agriculture AOC associée à un climat particulier (viticulture par exemple), industrie fortement polluante ou fortement consommatrice de ressources énergétiques et matérielles… Parallèlement, dans nombre de villes moyennes, la mobilité quotidienne des habitants est fortement dépendante de la voiture, utilisée de façon individuelle dans la grande majorité des cas (autosolisme). La dépendance aux énergies fossiles importées que cela implique est source de vulnérabilités écologiques mais aussi économiques et sociales.

Pour autant, les villes moyennes disposent d’atouts spécifiques pour mener leur transition écologique : une position à l’interface entre le monde urbain et rural, puisqu’elles constituent des pôles essentiels du maillage territorial entre les communes rurales et les grandes agglomérations et métropoles, une diversité de paysages offrant divers leviers d’action, un riche patrimoine naturel, agricole et forestier, une « taille humaine » favorisant la coordination entre les acteurs, une capacité à s’inscrire dans des réseaux de collectivités pour bénéficier de retours d’expériences et renforcer leur expertise.

La Fabrique Prospective fait l’hypothèse que la transition écologique est une opportunité pour réinventer les modèles de développement économique des villes moyennes, en favorisant des modes de production et de consommation durables. Il s’agit d’identifier comment accélérer cette transformation, en s’appuyant sur les atouts spécifiques des villes moyennes. La Fabrique Prospective contribue ainsi aux priorités du programme Action cœur de ville, lancé par le Gouvernement en mars 2018, qui vise à la fois à soutenir un développement économique et commercial équilibré, et la transition écologique des villes moyennes . 222 villes moyennes ont été retenues dans le cadre de ce programme national mobilisant trois partenaires financeurs (la Banque des Territoires, l’Anah et Action Logement) aux côtés de l’Etat, pendant 5 ans. Ce programme s’emploie à une montée en puissance des territoires locaux qui façonnent et conduisent eux-mêmes leur projet de cœur de ville.

Réunions de travail

fabrique-prospective-cget.txt · Dernière modification: 2020/02/09 16:47 par pcrepeaux