Solaire thermique au CFA

20 août 2021: le solaire thermique du CFA de LORIENT 2 X 8m² produit ses premières calories. Conception et installation par l’équipe Énergie du service Environnement de la Ville.

Les panneaux solaires ont été construits par l’ESAT de Larmor Plage, qui a noué un partenariat avec AEZEO depuis 2017, grâce au support de la ville de Lorient sur le premier chantier qui a permis la pose de ces panneaux sur la cuisine centrale de Kerletu.

La démarche liant Aezeo et l’ESAT de Larmor Plage a été présentée dans cet article de Ouest France.

World Cleanup Day

La campagne de World Cleanup Day répond aux objectifs de développement durable portés pour 2030.

Un ramassage de déchets est envisagé par des citoyens le:

dimanche 19 septembre 2021 sur la zone commerciale de Keryado de 10h à 12h .

Au-delà du ramassage de déchets, le projet aurait pour objectif de démontrer concrètement l’omniprésence des déchets sauvages dans nos lieux de vie, informer voire sensibiliser largement les citoyens aux problématiques en lien avec ce fléau, motiver l’implication citoyenne aux côtés des divers acteurs œuvrant quotidiennement sur le sujet, promouvoir les actions durables de réduction des déchets à travers le monde.

Extinction partielle de l’éclairage public

Le conseil municipal a délibéré sur la mise oeuvre d’une extinction partielle de l’éclairage public sur la ville, dans le cadre du SDAL (schéma d’aménagement lumière)

L’éclairage public de la ville de Lorient représente aujourd’hui plus de 9000 points lumineux pour une consommation électrique qui représente 23 % des dépenses énergétiques de la ville (630 000 € en 2019). Dans le cadre de son schéma directeur lumière, les mesures prises ces dernières années ont permis d’abaisser les consommations notamment par le remplacement des sources lumineuses par des lampes à Leds, la suppression de l’éclairage de la desserte portuaire ou l’abaissement de l’intensité lumineuse.

Dans l’objectif de poursuivre la réduction des consommations et de renforcer les mesures en faveur de l’environnement et de la biodiversité, la ville met en œuvre une extinction partielle de l’éclairage nocturne.Le projet consiste à éteindre l’éclairage sur une plage horaire nocturne, il concerne principalement les secteurs résidentiels. Les axes les plus fréquentés, le centre-ville ou le secteur de la gare seraient exclus du périmètre.Le total des points lumineux éteints représente 64 % du parc (5800 sur 9000).

Une concertation a été menée avec les services de police et de secours pour l’élaboration et le suivi du projet.Avant de lancer une phase d’expérimentation qu’il est proposé de mener de juillet 2021 à janvier 2022, une consultation a été lancée auprès des Lorientais via une plate-forme ouverte au public du 15 avril au 22 mai. Le questionnaire proposait 3 scénarios :

Une extinction de 23h00 à 6h00 / ou une extinction de 00h00 à 6h00 / ou le maintien de la situation actuelle.

La consultation menée a rassemblé près de 400 avis. Une majorité importante de 82 % s’est prononcée favorablement à une extinction partielle avec une préférence pour l’horaire de 23h00 à 6h00. La majorité des personnes pour l’extinction évoque la prise en compte de la biodiversité ainsi qu’une meilleure qualité de sommeil pour l’humain.A la suggestion proposée dans le questionnaire sur une différenciation entre la semaine et le week-end, un nombre assez conséquent de personne (50) propose de retarder l’extinction le vendredi et samedi avec une majorité exprimée pour un horaire décalé à 1h00 du matin.Les principaux commentaires portent sur la demande de suivi de la sécurité publique.

A la lecture des réponses apportées, et après essai, il a été retenu l’horaire de 23h00-6h00 sur 5 jours, du dimanche au jeudi et une extinction différenciée le vendredi et samedi entre 1h30 à 6h30.

Financièrement, le scénario proposé permettra une économie de 200 000 € par an.Cette phase test est menée du 7 juillet 2021 au 30 janvier 2022 et suivie d’une évaluation de sécurité.

LE PROJET “DOLOMITES
Afin de lutter contre la pollution lumineuse, un projet étudiant européen est soutenu par les villes de Ludwigshafen (Allemagne), et de Lorient, ainsi que l’Association Franco-Allemande Ludwigshafen-Mannheim.
Les objectifs du projet sont la mise à disposition d’informations pour les villes jumelées et la possibilité d’une nouvelle coopération.

Pilotage à distance des horloges d’éclairage public

Dans le cadre ce projet, la ville souhaite mener parallèlement une expérimentation concernant le pilotage à distance des horloges d’éclairage public. L’objectif est d’interagir à partir d’un poste de travail afin de moduler les horaires d’allumage ou d’extinction de l’éclairage en cas d’évolution des usages sur l’espace public ou suivant les doléances de riverains représentatifs à l’échelle d’un quartier, pendant ou à l’issue de cette période d’observation.

Deux secteurs d’expérimentation sont proposés pour leurs complémentarités techniques, le quartier de Kervénanec et celui du port de commerce, l’ensemble représente 12 armoires de commande.Ce projet s’inscrit dans une démarche portée par le SDEM (Syndicat d’Energies du Morbihan) qui propose un programme d’accompagnement généralisé à l’ensemble du département en 2022.

Morbihan Energies souhaite engager en 2021, en partenariat avec des communes (Programme Territoire d’Innovation), une démarche d’expérimentation sur plusieurs dispositifs innovants permettant le pilotage et la programmation à distance des armoires de commande de l’éclairage public. Le projet porte sur un montant de 15 000€ HT dont 7 500 € pris en charge par Morbihan Energies. Le syndicat et la commune de Lorient conviennent de tirer le bilan de l’utilisation des équipements à l’issue des 4 premiers mois de fonctionnement après rétrocession des ouvrages. Ils mettent pour ce faire leurs moyens d’ingénierie en commun : Retours réguliers d’information, mise en place de tests…

Un nouveau bâtiment écoconstruit

Dans une dynamique de développement durable, la ville de Lorient continue de développer ses capacités dans le domaine de l’écoconstruction en mettant en œuvre des matériaux biosourcés disponibles localement. La finalité est de développer des bâtiments à faible impact carbone et faible en énergie grise, à partir de ressources et savoir-faire locaux.

Suite à une consultation, un marché a été formalisé en 2020. L’attributaire aura la charge de valoriser en bois d’œuvre le bois collecté lors de travaux d’abattage par les services de la ville pour la construction ou rénovation de bâtiments, la réalisation de mobilier ou d’aménagements urbains.

Dans le cadre de cette programmation les projets retenus portent sur la réalisation et la conception d’abris pour vélo dans les groupes scolaires de Lorient et de carports pour les services funéraires.

 

Le nouveau local de la Boule Lanveuroise

 

Construction de la maison de la Boule Lanveuroise – structure bois/paille

 

Petits locaux mais grandes idées !

 

Traditionnellement pour des besoins de locaux associatifs de taille modeste, le modèle du préfabriqué arrive rapidement sur la table. Mais ce projet était l’occasion d’innover et d’expérimenter sur tous les plans.

 

Fruit d’une large collaboration entre services municipaux et partenaires extérieurs comme l’Afpa, le local prend forme et abritera les boulistes. L’idée construire un bâtiment écologique, avec des matériaux biosourcés : charpente en bois récupéré, murs en bottes de paille carrées, enduits en chaux et terre pour conserver la chaleur. Une sobriété qui passe par la rationalisation des surfaces.
Comme lors de toute innovation, les services ont dû surmonter des obstacles (météo). Même si l’investissement de départ est un peu plus important, le véritable calcul est à faire sur la durée : un matériau qui de sera pas obsolète, qui ne coûte rien à la planète et dont le recyclage sera gratuit.