Archives

Rapport DD 2020 – Axe 2

Épanouissement de tous les êtres humains

Action 1 – la filière bois

Bois d’œuvre : Eco-construction abris vélos – Boules lanveuroise

Petits locaux mais grandes idées !

Traditionnellement pour des besoins de locaux associatifs de taille modeste, le modèle du préfabriqué arrive rapidement sur la table. Mais ce projet était l’occasion d’innover et d’expérimenter sur tous les plans.

Fruit d’une large collaboration entre services municipaux et partenaires extérieurs comme l’Afpa, le local prend forme et abritera les boulistes. L’idée construire un bâtiment écologique, avec des matériaux biosourcés : charpente en bois récupéré, murs en bottes de paille carrées, enduits en chaux et terre pour conserver la chaleur. Une sobriété qui passe par la rationalisation des surfaces.
Comme lors de toute innovation, les services ont dû surmonter des obstacles (météo). Même si l’investissement de départ est un peu plus important, le véritable calcul est à faire sur la durée : un matériau qui de sera pas obsolète, qui ne coûte rien à la planète et dont le recyclage sera gratuit.

Bois Energie


KERSABIEC


Création d’une chaufferie bois au groupe scolaire et d’un réseau de chaleur desservant l’équipement sportif.
Les principaux éléments techniques de Kersabiec sont :
• Un silo extérieur de 73 m3
• Deux chaudières bois de 150 kW chacune
• Conservation des 2 chaudières gaz existantes de 278 kW du groupe scolaire en secours et appoint
• Un réseau technique reliant la chaufferie du groupe scolaire à la sous-station de l’équipement sportif, venant remplacer l’actuelle chaufferie gaz
• 1 ballon tampon de 1500 l

Le déploiement des chaudières bois


Dans le cadre de son agenda 21, la ville de Lorient poursuit le déploiement de chaudières bois dans ses équipements municipaux, au rythme d’une nouvelle chaufferie par an :
Pour la saison de chauffe 2014-2015, l’école du Poulorio a été équipée d’une chaudière granulés,
La rentrée 2015 a vu la mise en service de la chaudière granulés de la crèche Elsa Triolet,
La rentrée 2016 a vu la mise en service de la chaufferie bois déchiqueté de l’école maternelle Kerentrech
La rentrée 2017 a vu la mise en service de la chaufferie bois déchiqueté du groupe scolaire Nouvelle Ville.


En plus de ces équipements récents existent déjà sur le territoire, appartenant à la Ville :
La chaufferie au bois déchiqueté des serres de Kerdroual
La chaufferie au bois déchiqueté du pôle du Moustoir (hôtel de Ville, CALS, stade, grand théâtre)
La chaufferie mixte de Bois Bissonnet (groupe scolaire et salle de spectacle)
La chaufferie mixte de la crèche Jeanne Roux
La chaufferie au bois granulé de l’ancienne mairie de Keryado
La chaufferie au bois granulé de la Maison Chevassu

Les avantages

Avec Kersabiec, la Ville dépasse les 40% d’approvisionnement en chaleur de ses bâtiments par énergie issue de la biomasse, ce qui est supérieur à l’objectif du plan climat (30%).
Cette politique volontariste vaut à Lorient un large écho au niveau national (label Cit’ergie, communications dans des médias spécialisés et grand public). Le bois est une énergie moins chère que les combustibles fossiles, renouvelable et garante d’emplois sur le pays de Lorient (gestion de l’approvisionnement en circuit court), qui nécessite cependant des investissements initiaux plus importants (qui participent eux aussi à la valeur ajoutée en emploi local de cette filière). Des programmes de subvention (plan bois énergie Bretagne, Fonds chaleur ADEME, etc.) permettent aux collectivités de mettre en œuvre ces investissements. Les 2 sites que sont le groupe scolaire et le gymnase & locaux FLK à Kersabiec sont alimentés chacun par une chaufferie gaz.

ACTION 2 : L’éducation à l’environnement :

  • Education à l’environnement :
  • Ecoles en transition Energétique :

Depuis 2015, la ville de Lorient a engagé un programme intitulé « écoles en transition énergétique »

Ce programme animé par l’association les Petits Débrouillards, vise à réduire les consommations des écoles énergivores et à sensibiliser les élèves et le personnel d’une école équipée d’une installation en énergie renouvelable pour participer et maintenir à la réduction des consommations.

Sont inscrits dans cette démarche, les groupes scolaires de :

  • René-Guy Cadou
  • Kermelo
  • Nouvelle-ville

 Les intervenants en charge de la technique dans les écoles sont sollicités par les Petits Débrouillards afin de s’impliquer en tant qu’expert de la démarche. Cette implication se fait par la fourniture de données techniques à valoriser dans le déroulé pédagogique et au cours de visite des installations.

Les programmes se poursuivent sur l’année 2021, avec pour l’école de Lanveur, un nouveau format « club sciences » qui mêlerait expérimentations, diagnostic énergétique et réalisation technique. 

ACTION 3 : Capteurs de bruit

Le bruit et les ODD


Le programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD) ont été adoptés par les Nations unies (ONU) en septembre 2015.
L’UE, en coordination avec ses États membres, s’est engagée à soutenir la mise en œuvre de ce programme .
L’indicateur « bruit » mesure la proportion de la population qui déclare être affectée par le bruit des voisins ou de la rue. Voir graphique ci-dessous.
L’évaluation de la pollution sonore étant subjective, l’indicateur tient compte à la fois des niveaux de pollution sonore et des normes relatives au niveau de pollution jugé acceptable.
Par conséquent, une augmentation de la valeur de l’indicateur n’indique pas nécessairement une augmentation similaire des niveaux de pollution sonore, mais aussi une diminution des niveaux que les citoyens européens sont prêts à tolérer et vice versa.
En fait, il y a des preuves empiriques que la qualité environnementale perçue par les individus n’est pas toujours cohérente avec la qualité environnementale réelle évaluée à l’aide d’indicateurs «objectifs», en particulier pour le bruit.

Le projet CENSE consiste à mesurer le bruit, à l’aide d’un réseau dense de capteurs à bas coût, sur le centre-ville de Lorient, afin de réaliser des cartes caractérisant l’environnement sonore.

L’indice Harmonica


L’application HARMONICA rend les informations sur le bruit compréhensible par des non-initiés, en s’affranchissant des termes techniques. L’indice HARMONICA est compris entre 0 et 10, et proches du ressenti des populations. Plus la note est élevée et plus l’environnement sonore est dégradé.
La représentation graphique de l’indice Harmonica comprend deux formes associées :

  • le rectangle représente le bruit de fond ;
  • le triangle représente les événements qui émergent du bruit de fond.
    La couleur de l’indice (vert/orange/rouge) tient compte des périodes de la journée (diurne/nocturne) car la sensibilité au bruit la nuit est accrue :
    • vert lorsque l’indice est inférieur à 4 le jour ou à 3 la nuit : respect des objectifs de qualité de l’OMS (50 dB(A) en moyenne de jour, niveau à partir duquel l’OMS considère que le bruit est susceptible d’entraîner une gêne modérée, et 45 dB(A) en moyenne la nuit, niveau à partir duquel l’OMS considère que le bruit extérieur est susceptible de générer des perturbations du sommeil) ;
    • Orange lorsque l’indice se situe dans la plage 4 à 8 le jour ou 3 à 7 la nuit ;
    • rouge lorsque l’indice est supérieur ou égal à 8 le jour ou à 7 la nuit : des indices de 8 le jour ou de 7 la nuit peuvent être obtenus en présence de bruits constants de niveaux respectifs de 70 dB(A) et 65 dB(A)

En 2020, le bruit mesuré par les capteurs lorientais (https://rumeur-lorient.bruitparif.fr/main ) est consultable de diverses manières.

Exemple de lecture du bruit sur le capteur de la place de la poterie, près du Scorff, en données brutes et la traduction en indice harmonica.

Evolution en 2020 à Lorient


La baisse des activités et mobilités humaines due au confinement pendant la pandémie de Covid-19, appelée aussi anthropause, s’est traduite lors du 1er confinement par une diminution d’environ 6 dB(A) entre janvier et avril, ce qui correspond à une diminution de 75% des émissions sonores liées à la circulation routière.

Etat du réseau


En février 2020, le réseau comptait 73 capteurs, dont 9 inactifs, pour des raisons inconnues.
Au 30/09/2020, le réseau affichait environ en moyenne autour de 40 capteurs actifs sur le mois de septembre, mais pas toujours à 100% (l’analyse sur l’année 2020 montre qu’1/4 des capteurs ont été disponibles moins de 50% du temps).

Certains capteurs:

  • ne sont pas/plus fonctionnel ;
  • sont été déposés pour maintenance dans le cadre du projet ;
  • ont été déposés pour maintenance au sein de la Ville de Lorient

Problèmes rencontrés sur les capteurs et le réseau
Plusieurs sources de dysfonctionnement ont été identifiées aux niveaux :

  • des capteurs :

Capteurs non-fonctionnels depuis leur installation, peut-être en raison d’un mauvais montage (alimentation, connexion réseau…). Avant déploiement tous les capteurs avaient été testés et calibrés.

  • des Réseau BYES /:

Surtensions/protection limitée : une surtension Cours de Chazelles a été observée le 05/10/2020.
Plusieurs capteurs (6 ?) ont vu leur diode de protection endommagée. Ces capteurs ont été déposés par BYES et transmis à Wi6Labs pour réparation. Les réparations ont été réalisées en septembre;
Atténuation importante sur réseau CPL (de nuit a priori) : sur certaines lignes (rue Chaigneau par exemple) les « derniers » capteurs (i.e. les plus éloignés du contrôleur) disparaissent du réseau. Un reboot du réseau permet de les faire apparaître mais pas de manière définitive. Des répétiteurs ont été installés sans arriver à régler le problème. Ceci est d’autant plus curieux que ce type ne problème n’a pas été observé sur d’autres réseaux de BYES.
Reboot d’une ligne (armoire, routeur, capteur) pour relancer les capteurs inactifs avec parfois des surprises (des capteurs initialement fonctionnels qui ne démarrent plus)

  • du réseau d’éclairage de la Ville :

interventions sur le réseau d’éclairage par des prestataires de la Ville. Des Citybox ont été mal remontées après une intervention sur plusieurs candélabres, ce qui a provoqué des problèmes d’infiltration d’eau nécessitant leur changement ;
interventions par les services techniques (3 dépose/repose de candélabres pour le marché de Noël Parc Jules Ferry, pour remplacer des candélabres Bd du Général Leclerc).
Coupures alimentation sur réseau d’éclairage, provoquant l’arrêt des capteurs et donc des mesures

Problème de communication radio entre les nœuds et les passerelles :
Les capteurs « noeuds » (40 capteurs reliés aux citybox par radio et alimentés en photovoltaïque) n’ont pas encore été installés.
Suite à des tests, Wi6labs a observé un dysfonctionnement concernant la communication radio passerelle/noeud en raison d’un mauvais dimensionnement des antennes. Il faut modifier les antennes sur chaque nœud.
Une difficulté majeure est le suivi de l’état du réseau en temps réel : les tableaux de bord actuels ne permettent pas d’avoir un suivi détaillé de l’état du réseau et de l’historique de l’état de chaque capteur. Une solution technique (informatique/dashboard) et des procédures de suivi (entre les différents services concernés: Ville de Lorient, BYES, prestataires…) restent à définir pour la maintenance du réseau à court moyen/long terme.

L’état de chaque capteur peut être visualisé sur le site https://dashboard.raw.noise-planet.org/