Rapport DD 2014 – Axe 2

Epanouissement de tous les êtres humains

Indicateurs de développement durable

Sport – 2014

Il n’y a pas eu d’actions spécifiques à l’année 2014, mais une continuité des actions dans ce domaine.

  • 2,5 millions d’entrées dans les équipements sportifs de la commune, dont environ 300 000 dans les piscines, 300 000 au stade Yves Allainmat et 10 000 à la Base Nautique Municipale du Ter.
  • Un accompagnement du milieu associatif qui se traduit en particulier par un montant de subvention d’environ 1 million d’euros, mais aussi l’aide à la mise en place de plus d’une centaine de manifestation sportive et l’initialisation d’une cellule d’observation et d’accompagnement des clubs.

Actions mises en oeuvre au cours de l’année 2014

Nouveaux Temps de Loisir

Ils cogitent, ils bougent, ils inventent, ils s’expriment…dans les écoles, entre 16h et 17h, place aux nouveaux temps de loisirs ! Depuis la rentrée et la fin des cours à 16 h, plus de 2 000 enfants ont opté pour ces temps périscolaires gratuits et facultatifs, pensés en articulation avec les projets d’école. Ateliers ou temps récréatifs, les enfants ont le choix. Les ateliers nécessitent un engagement des enfants sur plusieurs semaines. Ils disposent d’un large éventail d’activités : à l’école du Manio, certains découvrent la pratique des échecs avec Gérald, d’autres parlent urbanisme avec Alexandre, guide-conférencier, tandis qu’une dizaine d’élèves du CP s’initient à la boxe avec Mathieu, du Boxing club lorientais. D’autres exemples ? À l’école de Kersabiec, une sophrologue anime des ateliers consacrés à la relaxation ; à l’école de Keroman, Magdalena Rodriguez raconte la culture hispanique. On chante en chorale à Bois-du-Château, à René-Guy Cadou… et même à l’école maternelle de Kerfichant ! Les ateliers sont en effet proposés aux classes élémentaires comme aux maternelles, la notion d’engagement étant bien sûr moins déterminante pour ces dernières.

Ils sont encadrés par des intervenants extérieurs, des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) ou des animateurs municipaux, tous ayant déjà une expérience liée à la mise en place du projet éducatif local pendant treize ans sur le territoire. Les animateurs se chargent aussi de la mise en œuvre des temps récréatifs, lesquels, contrairement aux ateliers, ne nécessitent pas d’engagement des enfants sur un cycle, mais seulement pour une heure.

 

Urbanisme

Kervénanec : une esplanade pour finir en beauté

Le parc du Venzu gagne le coeur du quartier, avec la fin de l’opération de rénovation urbaine. Avec l’esplanade boisée, voilà le « poumon vert » du quartier qui s’étoffe. À l’endroit où, il n’y a pas si longtemps, la tour de Kerléro côtoyait un grand parking, ce sont aujourd’hui les bancs, les plantations et les che¬mins piétonniers qui prennent leurs quartiers dans un secteur boisé, puisque une cinquantaine d’arbres ont été plantés. Avec ce nouvel aménagement, le parc du Venzu s’ouvre encore davantage : l’occasion, lors des beaux jours, de faire durer le plaisir en investissant l’un des bancs installés sur place. En traversant l’avenue Marienne, désormais en « zone 30 », les promeneurs remarqueront sous la nouvelle passerelle un petit fossé appelé « noue paysagère », permettant de collecter et réguler les eaux de pluie. Les fougères arborescentes, plantes préhistoriques, font flotter sur le lieu comme un petit air jurassique ! Côté rue Thorez, de nouveaux trottoirs ont fait leur apparition devant l’UDAF et un parking a été aménagé. Devant le multi-accueil, la réfection des marches a permis de gagner en sécurité. Des toilettes publiques gratuites sont désormais accessibles de 7 heures à 22 heures. Enfin, des arrêts-minute pour les bus ont aussi été prévus devant la Maison du quartier. Voilà qui vient conclure en beauté la rénovation urbaine de Kervénanec entamée il y a plus de dix ans ! Autre opération d’envergure désormais finalisée, les « terrasses du Kreisker », et ses 60 logements (30 locatifs et 30 en accession à la propriété). Lorient Habitat a remis les clefs aux nouveaux résidents, en fin d’année 2013.

 

Centre-ville le piéton fait son chemin

De la rue du Couëdic au mail du Faouëdic en passant par la rue Léo Le Bourgo, les nouveaux aménagements feront la part belle aux promenades piétonnes, mettront en valeur les commerces et le patrimoine immobilier. Les commerçants se sont prononcés à l’unanimité en faveur du projet : les aménagements de la rue Léo Le Bourgo, qui ont débuté en mars, permettront aux promeneurs de mieux flâner devant les boutiques ! Avec les trottoirs qui s’élargissent, ils pourront aussi, dès le mois de juin s’installer confortablement en terrasse. Les trois salons de coiffure, les restaurants, la bijouterie/parfumerie, la brocante et la boutique de vêtements sont restés ouverts durant les travaux. Des bancs, des palmier et des mâts d’éclairage (identiques à ceux installés rue de la Patrie) ont également fait leur apparition dans cette nouvelle « zone de rencontre », où la voiture est invitée à rouler… doucement ! Dans le prolongement de la rue Le Bourgo, une liaison piétonne plantée a ensuite été aménagée jusqu’aux palmiers, derrière le Grand Théâtre, avec une traversée sécurisée, avenue du Général Leclerc.

Service Jeunesse

  • Les fonds d’aides aux jeunes ont permis d’accueillir et d’échanger avec 55 jeunes sur des projets citoyens (culturel, solidarité internationale, sportif, social…) ou sur leurs parcours personnels (formation, recherche de stage BAFA, aide à la création d’entreprise…). Ces jeunes sont orientés, accompagnés dans leurs projets et peuvent bénéficier, si besoin, d’une aide financière pouvant aller jusqu’à 1000 €.
  • Association des jeunes à l’organisation et la mise en œuvre des actions et événements, afin d’encourager leur engagement et valoriser leurs initiatives.
  • Projet Kart emploi, conduit en partenariat avec la Mission Locale : accompagnement renforcé de jeunes de 16 à 25 ans issus des quartiers ZUS vers l’emploi. Ces jeunes sont éloignés de l’emploi, peu ou pas qualifiés. L’accompagnement se fait en lien avec un réseau d’entreprises impliquées dans le projet, qui les accueillent sous forme de stage, visite, missions d’intérim… et les accompagnent dans leur intégration au monde du travail (comportement, orientation vers des secteurs d’activité, motivation, préparation aux entretiens d’embauche, ouverture du réseau…). En 2014, 50 jeunes ont été accompagnés par la Mission Locale et le réseau d’entreprise, 14 sont sortis du dispositif en situation durable (CDI, CDD de plus de 6 mois, alternance, retour en formation…), 22 sont toujours en suivi actif.
  • Promotion de la mobilité internationale afin de favoriser l’épanouissement des jeunes, les échanges entre culture et l’ouverture au monde : organisation d’une semaine d’information sur la mobilité internationale (En Route Pour le Monde), organisation de 3 « cafés des globe-trotters » par an, temps d’échanges conviviaux entre jeunes sur leurs expériences à l’international. Valorisation des parcours de jeunes qui viennent témoigner de leurs expériences auprès de leurs pairs.

Bois du Château: une brique pour la qualité de vie

Du 27 au 31 janvier, l’opération « Qualité de vie » a fait escale au Bois du Château. Au programme : animations, activité renforcée des services, et jeu-concours autour du tri des briques alimentaires. En France, chaque année, environ 5 milliards de briques alimentaires sont consommés, et seulement 45 % de ces emballages sont recyclés. Et pourtant, une tonne de briques alimentaires recyclées permet d’économiser 2 tonnes de bois ! Afin de sensibiliser les élèves du Bois du Château au recyclage des briques, un jeuconcours a été organisé dans le cadre de l’opération « Qualité de vie », qui se déroule dans le quartier du 27 au 31 janvier. Le principe ? Les collégiens et les élèves de l’école primaire inscrivent leur nom et prénom sur leurs briques (lait, jus de fruit, soupe…) consommées et les déposent dans des réceptacles disposés dans l’école ou le collège. Un tirage au sort effectué le 29 janvier à 16h dans la cour du collège a désigné les heureux vainqueurs d’un lot-surprise. Dans la cour du collège Le Coutaller, de nombreuses animations ont également été proposées le 29 janvier : essais de vélos avec la boutique de location « Vélo An Oriant », formation à la sécurité routière avec l’école du vélo pour les 6 à 12 ans, jeu sur le tri et la valorisation des déchets proposé par Lorient Agglomération, et un « jeu de l’oie géant », toujours sur le thème du tri, proposé par la Confédération syndicale des familles (CSF). L’opération « Qualité de vie », c’est aussi une activité renforcée des services dans le secteur concerné, durant cinq jours. Le service Parcs et jardins a effectué un entretien renforcé des espaces verts (tonte, nettoyage, désherbage, entretien des zones stabilisées), le service Voirie-éclairage a vérifié les éclairages publics et les marquages au sol, la police municipale a procédé à l’enlèvement des véhicules-ventouses dans le quartier. Enfin, Loris service a assuré le désherbage, le balayage des trottoirs et l’enlèvement des tags.

Conseil municipal des enfants

Les jeunes Lorientais tiennent à la propreté de leur ville et le montrent. Deux groupesdu Conseil municipal des enfants ont mené des actions de communication sur le sujet. Ambiance studieuse au centre social de Keryado. Réunis en ateliers, quelques élus du Conseil municipal des enfants sont penchés sur une feuille, crayons à la main. Ils apportent les dernières touches à leur projet du mandat : un panneau à chewing-gums. « Dans certains endroits, il y a trop de chewing-gums collés au sol, explique Hippolyte. Parfois, jusqu’à 60 chewing-gums au mètre carré. Notre objectif, c’est de faire en sorte que les gens collent leur chewing-gum sur notre panneau plutôt que de les jeter dans la rue. » Leur idée est donc de concevoir une affiche posée sur un support en bois ou métal, qui servira de « cible » pour les chewing-gums usagés. L’affiche sera ensuite récupérée, jetée et remplacée. Inspirés par des réalisations identiques dans plusieurs villes bretonnes et par la campagne « Partageons la rue » lancée en octobre 2013 par la Ville de Lorient, les jeunes élus ont rencontré les services municipaux, mené des recherches sur Internet. « Le plus difficile, c’est de trouver les idées de dessin ! » confie Dorian.

Pas toujours facile, en effet, de concevoir une illustration ludique et attrayante. Un circuit automobile, une chaussure géante… plusieurs dessins différents ont été réalisés par les enfants : la décision finale sera prise après un petit sondage effectué devant le centre aquatique. « C’est ici que sera installé notre panneau, précise Dorian. Nous demanderons aux personnes sur quel des¬sin ils préféreraient coller leurs chewing-gums. » Avec « Mets la gum », Oscar a déjà trouvé un bon slogan ! La recherche du slogan, voilà une activité qui a bien occupé un autre groupe du Conseil municipal des enfants, à Kervénanec. Eux aussi ont opté pour le thème de la pro¬preté urbaine : ils ont choisi le mode de l’interpellation pour sensibiliser le grand public au tri des déchets. « On aime notre ville, on veut qu’elle reste propre, et on souhaitait le montrer avec une affiche choc ! » confie Eliot. Pour préparer la conception de l’affiche, les jeunes élus ont arpenté les rues, analysant les différentes publicités qui s’offraient à leurs regards. Pour mieux appréhender les notions d’accroche visuelle, d’accroche textuelle, les grands principes de mise en page, ils ont rencontré le service Communication. « Ensuite, nous avons passé du temps à chercher un slogan », explique Ertal. Finalement, c’est la proposition de Judikaël qui a fait l’unanimité : « La poubelle du futur, elle assure ! Mais le tri, c’est aujourd’hui. » Pour représenter la poubelle du futur, les enfants ont fait appel à leur imagination : un engin volant, qui aspire et trie automatiquement tout sur son passage. Une manière de dire que la poubelle parfaite n’existe pas, et que la propreté repose sur nos actions quotidiennes.

 

 

Prévenir les risques au travail: le CFA fait son cinéma

Lumière sur le centre de formation des apprentis de la Ville dans un rôle pas banal. Une classe de l’établissement a en effet de réalisé un court métrage sur la santé et la sécurité au travail. Cette immersion en univers inconnu pour les apprentis a donné lieu à une belle aventure pédagogique et humaine.