Mesure de bruit NoiseCapture

 Outils scientifiques pour l’évaluation du bruit dans l’environnement

Tous les possesseurs de smartphone Android peuvent contribuer au projet de recherche Noise-Planet, simplement en enregistrant les bruits qui les entourent.

L’objectif ? Établir une cartographie participative de l’environnement sonore. Exploitant des algorithmes de traitement du signal, l’application NoiseCapture, développée par des chercheurs du CNRS et de l’IFSTTAR1, calcule des indicateurs acoustiques lors des déplacements de l’utilisateur.

Ces indicateurs géolocalisés sont ensuite reversés anonymement dans une base de données pour élaborer des cartes de bruit au plus près de la réalité, avec un maillage extrêmement dense.

Ces cartes de bruit obtenues à l’aide de smartphones pourront être utilisées par les collectivités afin de mettre en place des plans d’actions plus ciblés, pour préserver ou améliorer la qualité des environnements sonores urbains.

Les travaux des deux équipes impliquées s’intègrent ainsi dans une démarche de sciences citoyennes. L’objectif est d’impliquer le citoyen dans la maîtrise de son territoire, notamment en matière de nuisance sonore, condition préalable pour qu’il soit lui-même acteur de l’amélioration de la qualité de son environnement.

 NoiseCapture  est une application Android gratuite qui permet à l’utilisateur de mesurer et de partager son environnement sonore. Chaque mesure de bruit est combinée avec sa trace GPS afin que le résultat puisse être affiché dans une carte interactive visible avec l’application, mais également à cette page.

Ambroisie

Participez à la mission sur l’Ambroisie trifide !

L’Ambroisie trifide est une espèce exotique envahissante qui a impact pour la santé puisqu’elle émet un pollen hautement allergisant pour l’homme. C’est également une adventice ( plante indésirable ‘mauvaises herbes’) des cultures

Les observations confirment son implantation en France, notamment en ex-Midi-Pyrénées, sur des périmètres permettant encore d’envisager son contrôle.

Pour être efficaces, les différentes politiques de préservation de la biodiversité doivent s’appuyer sur des observations naturalistes. Impliquer les citoyens dans la connaissance de la flore patrimoniale et l’acquisition de données permet de démultiplier le réseau d’informateurs tout en permettant leur sensibilisation.

https://www.tela-botanica.org/mission/ambrosiatrifida/