Archives

Justice environnementale

  Le mouvement pour la justice environnementale considère la protection de l’environnement comme un droit fondamental de tous les êtres humains. Il s’est formé en réaction contre les inégalités environnementales et sociales, les menaces qui pèsent sur la santé publique, l’inégalité de la protection sociale, l’application sélective de la législation et le traitement défavorable dont pâtissent les pauvres et les personnes de couleur  (Bullard, 2010). Il est également en occident assorti d’une critique adressée aux politiques publiques : les plus pauvres auraient un moindre impact sur leur environnement, et pourtant participeraient le plus à l’effort demandé, en bénéficiant le moins de leurs effets (Pye et al., 2008) https://justiceenvironnementale.irstea.fr/

Lutte contre le moustique tigre

La lutte contre le moustique tigre limite le risque de dissémination d’arboviroses. Les arboviroses sont des affections d’origine virale causées par des arbovirus, qui sont des virus transmis par le moustique tigre (Aedes aegypti) .

Le ministère chargé de la Santé (DGS) a mis en place un réseau national de surveillance du moustique exotique Aedes albopictus depuis 1999. Cette surveillance est effectuée à l’aide de pièges relevés mensuellement (Lorient figure dans la liste des communes à surveiller en 2019). Ce dispositif est complété par un recueil des signalements de particuliers sur le site Internet http://www.signalement-moustique.fr  et l’application pour Smartphone, I-moustique.

Les gîtes de reproduction d’Aedes albopictus sont des biotopes naturels tels que des creux d’arbres, soit des petites collections d’eau artificielles, telles que, par exemple:  seaux, vases, soucoupes: fûts et citernes, écoulements de gouttières,  pneus, boîtes de conserve, et tous petits réceptacles d’eaux pluviales ou domestiques à découvert.

La façon la plus efficace et radicale de se protéger des nuisances d’Aedes albopictus, c’est de supprimer physiquement ces gîtes. La lutte contre cette espèce nécessite la mobilisation de l’ensemble de la population : « chez vous, soyez secs avec les moustiques : supprimez les eaux stagnantes ! »

Données électriques

Les données électriques 2017sur le réseau public de distribution d’électricité géré par Enedis sont disponibles en open-data. Sources de données : Enedis, INSEE (Enquête logement 2013 publiée en 2016) et IGN.

60 sites de production photovoltaïques sont présents en 2017 sur la Ville de Lorient. Ils ont produit 284 MWh, ce qui représente 0,1% de la consommation.

881 sites de production photovoltaïques et 5 sites de production hydraulique sont présents en 2017 la Communauté d’Agglomération de Lorient. Ils ont produit 10299 MWh, ce qui représente 1% de la consommation.

Téléchargement des données

Plus d’informations à l’agence de l’énergie 

Témoigner après séisme

Le dernier séisme dans la région s’est produit le 19 janvier 2019, à 1 heures 05 minutes, à environ 3 kilomètres au sud-ouest de la commune du Palais, à Belle-île. Ce séisme de magnitude 3,7  a été ressenti par la population jusqu’à 100 km autour de son épicentre.

La collecte et l’archivage des renseignements et témoignages relatifs aux tremblements de terre ressentis en France sont assurés par le Bureau Central Sismologique Français (BCSF). Avec l’aide des Services Départementaux de la Protection Civile, des questionnaires sont distribués aux mairies, gendarmeries, casernes de sapeurs-pompiers afin de recueillir les témoignages concernant les éventuels effets du séisme. Le BCSF possède dans ses archives l’ensemble des enquêtes effectuées en France depuis 1920. Pour témoigner sur tout séisme ressenti: http://www.franceseisme.fr/

Présentation de la Société Publique Locale Bois Energie Renouvelable aux Assises Européennes de la Transition Energétique

La nouvelle chaufferie bois de Locmiquélic (Carole Senegas – L’Atelier Architecte), réalisée par la ville de Locmiquélic et exploitée par la SPL. (Photo Jean Guy Bengloan)

La ville de Lorient a présenté le 22 janvier la Société Publique Locale Bois Energie Renouvelable aux Assises Européennes de la Transition Energétique.

La présentation projetée à cette occasion est disponible en cliquant sur ce lien. 

Concrètement, comment cette société fonctionne-t-elle?

La SPL est constituée de 18 actionnaires: Ville de Lorient (actionnaire majoritaire), Lorient Agglomération, Quimperlé Communauté, Lanester, Plouay, Hennebont, Locmiquélic, Ploemeur, Bubry, Inguiniel, Riec sur Bélon, Quéven, Inzinzac Lochrist, Languidic, Port Louis, Bannalec, Arzano, Guilligomarc’h.

Les agents de la SPL sont des fonctionnaires territoriaux de la ville de lorient, mis à disposition.

La SPL a les missions suivantes, inscrites dans ses statuts: 

–>  La société participe à la structuration de la filière bois locale sur le territoire de ses Actionnaires. Pour ce faire, elle met en oeuvre des actions permettant la gestion durable des ressources en bois et elle organise le débouché de la production, notamment via les filières de production d’énergie.

–>  La société produit et commercialise des énergies renouvelables chaleur et/ou électrique, notamment en matière de distribution publique d’énergies de réseau, tel que, de manière non limitative, le bois-énergie, et/ou la biomasse.

–> A ce titre, la société réalise et/ou gère des dispositifs de production d’énergie.

–> La société participe à tout type de soutien aux actions de suivi des consommations, d’assistance à la gestion de l’énergie et des fluides, de maîtrise de la demande d’énergie, de développement des énergies renouvelables et d’économie circulaire, de nature à lutter contre le réchauffement climatique et l’augmentation des

Lire la suite Présentation de la Société Publique Locale Bois Energie Renouvelable aux Assises Européennes de la Transition Energétique