Archives

Projets EMPOWER-SEN1: Une fédération informatique pour une gestion ouverte des données des consommations d’énergie.

La ville de Lorient a été à l’origine, dans le cadre du projet EMPOWER, de la création d’un collectif local d’informaticiens et d’énergéticiens, « les consometers », animé par ALOEN. Ce collectif travaille à rendre ouvert les protocoles de gestion des données de l’énergie.

Une explication en vidéo du travail produit par les consometers!

Le chantier « SEN1 », consacré notamment à la maîtrise de la demande en énergie, s’inclut dans le projet interrégional SMILE. La Région Bretagne souhaite préparer la mise en place, à l’horizon 2020, d’une solution d’échange de données énergétiques de nouvelle génération, interopérable et utile aux smartgrids, à destination des particuliers et des collectivités.

La Région Bretagne, en tant que maître d’ouvrage du chantier SEN1, a confié la réalisation d’une première étape à ALOEN et Breizh ALEC, dont l’énergie est l’un des sujets d’action. Puis ALOEN s’est entourée de quelques entrepreneurs indépendants et membres du Collectif des Consometers, pour disposer d’une expertise technique à même de remplir les objectifs du projet. Une relation de coopération a été engagée, matérialisée notamment par l’engagement de respect de la charte Prestalibre, afin de respecter au mieux les volontés initiales et d’apporter des solutions techniques pertinentes. Ce travail s’est ainsi organisé en mode « best effort » dans le cadre défini par le Commanditaire. L’objectif était de réaliser le maximum de choses en respectant le cahier des charges, dans le budget dédié, et en fonction des priorités.

Le résultat est le démonstrateur d’une fédération de suivi des consommations d’énergie. 

Les résultats du travail de visualisation sont disponibles ici, pour deux écoles de la ville de Lorient (Kermelo et Kersabiec): 

BEC (panneaux solaires citoyens)/Kersabiec : http://srv4.consometers.org/zabbix/zabbix.php?action=dashboard.view&dashboardid=11 Kermelo : http://srv4.consometers.org/zabbix/zabbix.php?action=dashboard.view&dashboardid=5

Fédération? 

Une fédération informatique consiste en un groupement en un seul

Lire la suite Projets EMPOWER-SEN1: Une fédération informatique pour une gestion ouverte des données des consommations d’énergie.

Réchauffement et justice climatique

Le réchauffement climatique même limité à 2°C aura des conséquences sociétales. Il pourra creuser les inégalités économiques et sociales.

L’objectif de la justice climatique est de tout faire pour que le réchauffement n’accroisse pas les inégalités. Elle est apparue comme une thématique centrale à l’ouverture de la COP21.

La justice climatique porte une nouvelle logique d’élaboration et d’articulation des politiques publiques d’atténuation et d’adaptation. Elle doit permettre de préserver efficacement et durablement le droit à un environnement sain pour toutes et tous y compris pour les plus démunis et les plus vulnérables au changement climatique.

Lien vers le rapport du Conseil économique, social et environnemental

TEPCV – point d’étape

Depuis 2015, La ville de Lorient est labellisée « TEPCV » !

Qu’est ce qu’un TEPCV? Il s’agit « d’un territoire d’excellence de la transition énergétique et écologique. Il s’engage à réduire les besoins en énergie de ses habitants, des constructions, des activités économiques, des transports, des loisirs, et à produire des énergies renouvelables pour y répondre. »

Le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer cofinance plusieurs actions menée par la ville de Lorient.

Ces actions sont:

– le Schéma Directeur d’Aménagement Lumière

Cette action est en oeuvre depuis 2013 avec l’extinction de la pénétrante, un renouvellement de lanternes et de mâts est en cours, ainsi que la mise en oeuvre de nouvelles armoires de régulation des puissances.

Les résultats des actions engagées sont très significatifs, avec une diminution des consommations d’électricité de l’éclairage public de 22% depuis 2012 (date de début de mise en oeuvre du Schéma Directeur d’Aménagement Lumière – « SDAL »)

bilan de l’évolution des consommations de l’éclairage public

– La  centrale solaire de Kerletu

La centrale a été mise en service fin 2018 et la production est tout à fait conforme aux attentes. Cette centrale, d’une puissance d’environ 100kWc pour 600m² de panneaux solaires est la plus importante du patrimoine municipal. l’électricité est utilisée en autoconsommation pour le site du funérarium et pour la cuisine centrale. 

– L’isolation des combles des écoles

Cinq groupes scolaires ont vu leurs combles isolés (Lanveur, Merville,

Lire la suite TEPCV – point d’étape

Plan de prévention des risques littoraux (PPRL)

La submersion marine sur Lorient est de nature à engendrer des risques pour les personnes et les biens qui y sont exposés. Le rapport d’études de vulnérabilité de la commune aux risques, dans le cadre du programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) de Lorient-Agglo, recense de nombreux enjeux.

On observe la présence de zones basses littorales, exposées aux aléas de « submersion marine », notamment la zone industrialo-portuaire avec les dépôts pétroliers de Lorient, le secteur de l’Estacade et les rives du Scorff . De part sa situation en fond de rade, Lorient connaît des phénomènes de submersion par débordement (elle est peu sensible aux phénomènes de houle ou paquets de mer) lors d’évènements croisant différents facteurs : grand coefficient de marée, surcotes de vent et présence d’une dépression. Des dégâts ont été recensés lors d’événements historiques, venant corréler cette vulnérabilité. D’après l’évaluation préliminaire du risque inondation de 2011, environ 1000 habitants seraient situés en zone inondable et plus de 700 emplois.

Le plan de prévention des risques littoraux (PPRL) prescrit par arrêté préfectoral du 24 avril 2019 a pour objet de diminuer la vulnérabilité des sites exposés, par l’information et les prescriptions applicables aux constructions existantes ou futures.

Déroulement de la procédure PPRL: 1. caractérisation de l’aléa submersion marine, avec prise en compte du changement climatique, 2. définition des aléas et du périmètre réglementé par le PPRL, 3. analyse des enjeux dans la zone réglementée, 4. élaboration du dossier de PPRL (présentation, cartes et règlement de l’urbanisme), 5. consultation des acteurs et recueil des avis sur le projet de PPRL, 6. enquête publique, 7. approbation du PPRL.

La concertation se déroulera en

Lire la suite Plan de prévention des risques littoraux (PPRL)

La radioactivité environnementale

Le bruit de fond radiologique français a quatre origines : naturelle, les essais d’armes nucléaires, les accidents de Tchernobyl / Fukushima et les rejets des usines de retraitement du combustible.

Le radon 90 % de la population française reçoivent une dose due au radon comprise entre 0,54 et 3,15 mSv/an, la dose moyenne pour des départements comme la Lozère ou le Cantal atteint 5 à 6 mSv/an. Des valeurs supérieures,  peuvent être atteintes très localement (20 mSv/an).

Les essais atmosphériques d’armes nucléaires De 1945 à 1980 plus de 500 essais atmosphériques d’armes nucléaires ont été réalisés par les États-Unis, l’Union Soviétique, la Grande-Bretagne, la Chine et la France. L’essentiel des retombées radioactives s’est produit de 1951 jusqu’au moratoire de 1963.  Ces essais ont libéré dans l’atmosphère de nombreux radionucléides dont une vingtaine était régulièrement mesurée dans l’air en France, dans les eaux de pluies et diverses denrées. En 1963, au plus fort de ces retombées radioactives, l’activité moyenne de l’air en radionucléides artificiels a atteint 8 Bq/m3 , celle des salades 650 Bq/kg frais, celle du lait 450 Bq/L. En 1963, la dose moyenne reçue par la population française a été estimée à 300 µSv, principalement par ingestion de denrées contaminées.

Les expositions à la radioactivité environnementale peuvent être à l’origine, de manière aléatoire, de pathologies qui apparaissent des années, voire des décennies plus tard, essentiellement des cancers. Ces conséquences sont assimilables à celles qui peuvent résulter du tabagisme ou de l’apparition de cancer de la peau après des expositions répétées au soleil.

Pour en savoir plus :    application Téléray sur smartphone /   Mesures dans le Morbihan    Bilan 2015-2017

Constat Rémanence

FIGURE 14 – ACTIVITÉS DES SALADES (Bq/kg frais) ET DU LAIT (Bq/L) EN

Lire la suite La radioactivité environnementale